La République Galactique - Seconde Partie

Aller en bas

La République Galactique - Seconde Partie

Message par Abinsuur le Mar 2 Jan - 17:37










La création de la République Galactique ne s'est pas faite en un jour comme l'explique l'adage, et bien que dans un premier temps les organismes nécessaires se soient mis en place, d'autres s'ajoutèrent au fil du temps, tandis que d'autres disparurent, alors que d'autres se modifièrent suivant l'expansion et l'évolution de ce gouvernement galactique. Constituée d'une multitudes d'organismes, surtout à partir du moment où la machine administrative s'est alourdie, il n'en reste pas moins quelques-uns d'essentiels, qui sont autant de symboles que de piliers pour la République. Des années après la Bataille de Yavin, la Nouvelle République se basa également sur ce modèle structurel, mais évita de le reproduire à l'identique pour ne pas répéter les mêmes erreurs qui ont conduit à la chute de son prédécesseur démocratique.


Le Sénat Galactique

Les fondateurs de la République Galactique eurent la bonne idée de créer presque immédiatement le Sénat Galactique, symbole d’un gouvernement démocratique d’une part, mais surtout symbole d’un gouvernement uni et fort de l'autre. Le bâtiment en lui-même est assez simple et se veut justement d’une architecture simpliste, se démarquant d’une façon nette des immeubles et de la conurbation assombrissante de Coruscant. Ce symbole profita d’une aura d’importance extraordinaire, bien que son image se soit ternie au fil des millénaires. Lieu incontournable de la politique du régime, le Sénat est indispensable à la démocratie, puisque c’est ici que sont prises toutes les décisions concernant la politique à appliquer, qu'elle soit d'ordre économique, sociale ou militaire. C’est en effet dans ce bâtiment que les sénateurs se réunissent pour régler les différents litiges, pour entendre les problèmes journaliers sévissant dans la galaxie ou encore pour discuter des mesures à prendre à propos de tel ou tel sujet. En fait, chaque planète, ou le plus souvent chaque groupement de planètes, ayant adhéré à la République, dispose d’un représentant au Sénat pour y avoir sa propre voix et se faire entendre comme système autonome. Ainsi, chacun des représentants dispose d’une capsule sénatoriale et peut exposer son avis, son projet ou son idée, pour peu qu'il soit écouté par ses pairs.
Mais au fil du temps, cette apparente égalité finit par se dégrader et, dans les dernières décennies de l'Ancienne République, ce furent uniquement les sénateurs les plus puissants qui tinrent les rênes de la République, ne permettant pas ou très peu aux autres sénateurs de s’exprimer, et n’agissant jamais en faveur des systèmes stellaires les plus démunis. Le Sénat devint ainsi un lieu où des alliances politiques et commerciales des plus louches se créèrent et se défirent de façon incessante, tandis que la machine administrative devint de plus en plus lourde pour finir par entraver le rôle premier de l’assemblée galactique. Une corruption et un laisser-aller rongea dès lors lentement, mais sûrement, la République, et ce malgré le dévouement de certains comme Finis Valorum, Bail Organa, Mon Mothma et quelques autres, jusqu'à ce que le Sénat soit jugé par l’opinion publique, et même par les politiciens, comme étant tout à fait inefficace et inapte devant certaines situations.


Les sénateurs

Dès la création de la République Galactique, la gestion des mondes fut attribuée aux sénateurs, élus par leurs systèmes d'origine pour siéger au Sénat à l’image d’une démocratie représentative. Disposant ainsi de la capacité de créer les lois, ces représentants doivent instaurer les règles qui régissent le régime républicain, et doivent agir conjointement et du mieux possible pour maintenir la République sur pied. Chaque sénateur est assisté par des secrétaires et des aides de camp dans certaines tâches, dont un proche est désigné pour être son suppléant en cas d’absence ou pour quelques autres raisons. De plus, les sénateurs ont le devoir de tenir compte de la volonté de ceux qui les ont élus, quel que soit le projet ou l'idée qui leur sont demandés d'apporter devant le Sénat Galactique. Un sénateur représente rarement sa seule planète, mais plus généralement un secteur entier de la République. En somme, un sénateur parle aussi au nom des systèmes voisins de sa planète d'origine, dont le nombre peut varier selon l'importance du quadrant stellaire représenté. Mais progressivement, le pouvoir des sénateurs s'est affaibli, à l'instar de celui des comités, et certains humains virent l’importance grandissante des zones sous domination non-humaine d’un très mauvais œil, ce qui facilita sans doute l’avènement de l’Ordre Nouveau instauré par Palpatine.
De plus, de grandes corporations marchandes, telles que la Fédération du Commerce ou le Techno-Syndicat, disposaient même de leurs propres sièges au Sénat, pouvant ainsi tirer un grand bénéfice d’une telle position au sein du gouvernement galactique. L’idéologie républicaine fit donc place, au fil des millénaires, à l’idée du chacun pour soi, c'est-à-dire que les sénateurs commencèrent à agir de plus en plus pour leurs profits ou ceux de leurs alliés avant de penser à la République, laissant la corruption gagner du terrain en acceptant divers marchés pour prendre parti ou se taire. Vers la fin de la République, ce furent les sénateurs les plus influents, les plus riches et les plus charismatiques qui dominaient les résolutions adoptées par le Sénat. Ainsi, en dehors des Mondes du Noyau, des Colonies et de la Bordure Intérieure, on ne s’intéressa plus, ou alors très peu, à ce qui se passait aux franges de la galaxie. Les sénateurs se réunissent en quelques occasions dans un bâtiment annexe appelé Bâtiment Exécutif pour faire appliquer les amendements votés au Sénat, bien que ce rôle ne leur incombe pas normalement. Créé au départ pour contrôler les pouvoirs du Chancelier, ce lieu, tout aussi symbolique que le Sénat Galactique, devint le siège des différents et nombreux comités composant la bureaucratie républicaine.


Le Chancelier Suprême

Le Chancelier Suprême est littéralement la sommité de la République. Élu par le Sénat Galactique pour un mandat de quatre ans, le Chancelier est le président de cette assemblée galactique et le dirigeant de la République, ce pourquoi il peut user du pouvoir exécutif pour faire appliquer les lois. Malgré tout, le Chancelier Suprême ne regroupe pas tous les pouvoirs et doit les partager avec le Sénat. Ses autres rôles consistent à présider l'assemblée sénatoriale, accorder la parole aux sénateurs la demandant lors d’une séance, donner son avis, mais aussi à proposer des projets ou des solutions aux problèmes de la République, et de commander les armées de la République en cas de conflit, bien qu'à ce sujet le Sénat ait aussi son mot à dire. En dehors de cela, le dirigeant de la République se charge d’accueillir diverses délégations marchandes et gouvernementales, ainsi que différents sénateurs ayant une requête particulière ou non à formuler, et ce pour entamer des négociations ou encore pour répondre à leurs attentes. Autrement, le Chancelier peut très bien se voir conférer les pleins pouvoirs en cas de crise majeure, comme il peut être démis de ses fonctions suite à une motion de censure votée à son encontre; dans ce dernier cas, il est généralement remplacé peu de temps après. Néanmoins, si cela s’avère strictement impératif, un Vice-Chancelier - ayant le rôle d'orateur sénatorial - peut être nommé et élu par le Sénat Galactique.


La garde sénatoriale

C'est un corps militaire composé de soldats d'élite durement entraînés, affecté à la protection du Chancelier Suprême, de la chambre du Sénat Galactique et de certaines personnes importantes appartenant à l'administration républicaine. Très bien armés et protégés par une armure, ils n'hésitent pas à mettre en danger leurs vie pour ceux dont ils ont la charge, quel que soit le risque qu'ils encourent, et accompagnent partout leur protégés quand la situation l'exige. Leur nombre n'a jamais été très impressionnant, mais il faut dire que leur mission ne consiste pas à patrouiller dans tout Coruscant. Aussi surnommée la Garde Bleue, en raison des tuniques bleutées que les soldats portent, elle fut remplacée par la Garde Rouge, unité créée par le Chancelier Suprême Palpatine, qui comprenait de nombreux anciens gardes sénatoriaux.


L'Ordre Jedi

Les Jedi ont joué un rôle plus que primordial depuis la création de la République, participant à de nombreux conflits et aidant la République dans de nombreux domaines. Ils ont d'ailleurs reçu le titre honorifique de gardiens de la paix et de la justice, et se virent attribuer la sécurité des populations civiles de la République. Bien que n’étant pas au-dessus des lois républicaines, un Jedi dispose d’une autorité supérieure face aux forces de sécurités locales d'une planète, ainsi que face aux Judiciaires et officiers de l’armée, ce qui lui permet de donner des ordres à certaines conditions, de mener ses propres enquêtes et ainsi de disposer d’une grande liberté de mouvement. Pendant très longtemps, le jugement d’un Jedi, particulièrement dans les régions reculées, valait plus que celui de la justice ou de la décision d'un bureaucrate. Mais les actions des adeptes de la Force devaient être en accord avec le Sénat Galactique, et cela fut de plus en plus nécessaire au fil des millénaires, d'une part pour que les Jedi n'apparaissent jamais comme une force armée, et pour éviter des scandales d'autre part.

Les jedi ainsi que le Chancelier travaillaient ensemble pour le bien de la République.
Ainsi, les Jedi ne pouvaient pas s’insinuer dans certaines affaires de la République, tout comme le gouvernement républicain ne pouvait les obliger à intervenir n'importe où selon sa volonté. Mais le plus souvent, ces deux organismes tentèrent de s'entendre au mieux et de ne pas faire cavalier seul, notamment pour éviter des conséquences politiques désagréables. C'est pourquoi les membres du Conseil Jedi étaient souvent proches du Chancelier pour entretenir de bonnes relations avec le chef du régime d’une part, mais aussi pour coordonner leurs efforts, ce qui s'avère plus que nécessaire en cas de conflit armé. Cependant, un Jedi qui a commis des crimes ne doit être jugé que par le Conseil, et non pas par un tribunal de la République. Bien que cet Ordre ait également prôné la paix et la non agression durant toute son existence, cela n'empêcha pas ses membres de prendre une part active dans les conflits qui ont ponctué l'histoire de la République. Cet Ordre s’effondra en même temps que la République, à la fin de la Guerre des Clones.


Le Département Judiciaire

Pour résumer, le Département Judiciaire se charge de tout ce qui concerne le domaine de la justice, d’où sa dénomination. Ses tribunaux s’occupent donc de juger des affaires allant du simple délit de trafic d’épices aux arnaques de sociétés marchandes, et même des accusations retenues contre des membres du gouvernement républicain, qui ne sont pas intouchables pour peu qu’il y ait assez de preuves à leur encontre. Cette section fournit également des aides et des conseils juridiques au Chancelier ou aux sénateurs, et surveille le territoire de la République des activités illicites et des réseaux mafieux. Malheureusement, cette branche de l'administration fut aussi rongée par la corruption, certes moins que le Sénat, mais cela participa à augmenter la lourdeur de la machine bureaucratique républicaine, puisque la justice, si elle était rendue, devint inefficace, inégalitaire, et non impartiale dans les derniers temps du gouvernement républicain.


Les Judiciaires

Cette branche juridique n'a pas toujours existé dans l'histoire de la République, car elle n'est apparue qu'après les Nouvelles Guerres Sith, soit 1000 ans avant la Bataille de Yavin, alors que l'armée était démantelée. Les Judiciaires sont des représentants de la République faiblement armés, une sorte de police républicaine en quelque sorte, chargés d'enquêter et de maintenir l'ordre si la situation l'exige. Ils ne remplacent pas les forces de sécurité locales, et sont plutôt vus comme une force d'interposition, de médiation et quelque fois d'intervention, leur rôle n'étant pas réellement de jouer la milice ou de remplacer les militaires. Déployés par le Département Judiciaire, que ce soit au sol ou dans l'espace, ils obéissent au Sénat Galactique et au Chancelier Suprême, travaillant de paire avec les Jedi et avec les diplomates républicains.


L'Armée de la République

La République n'a pas toujours possédé une armée, qui plus est une armée de métier, bien que dès son fondation, elle disposait déjà d'une puissante organisation militaire. Le Sénat allouait souvent des fonds nécessaires pour équiper ses soldats et ses flottes de combat des dernières technologiques, passant commande à des compagnies telles que les Chantiers Navals de Kuat, Rendili Hyperworks, Republic Sienar Systems, dans l'idée qu'en cas de conflit, les armes et les équipements ne soit pas obsolètes par rapport à ceux d'un ennemi potentiel. Les troupes sont généralement formées dans des académies militaires, installées un peu partout au même titre que les bureaux de recrutement, comme celles de Carida ou de Raithal par exemple. Disséminés dans toutes la galaxie, les régiments sont ensuite positionnés sur des planètes bastions et des avant-postes militaires, pour desservir toutes les régions sous l'autorité du gouvernement républicain et pouvoir intervenir dans un laps de temps très court sur une vaste zone. La Grande Armée de la République comprend aussi un service de renseignements, de médecine, de logistique/ravitaillement, de contre-espionnage, ainsi q'un Haut Commandement où les Maîtres Jedi endossent le rôle de généraux.
Il faut cependant nuancer cette dernière caractéristique, car l'Ordre Jedi n'est pas expressément obligé d'intervenir en cas de guerre. Il peut se contenter d'être neutre, ce qu'il fit d'ailleurs à quelques reprises. Ainsi, l'armée républicaine dut intervenir à de multiples reprises, lors de la Grande Guerre de l'Hyperespace, lors des Guerres Mandaloriennes et jusqu'aux Nouvelle Guerres Sith où le Sénat Galactique, après ce dernier conflit, refusa de reconstituer une armée de la République. Cela devait permettre, selon une certaine philosophie, de garantir la paix dans la galaxie. Néanmoins, on se demande si la corruption et la réticence à épuiser des crédits dans des programmes militaires ne furent pas les deux facteurs les plus probables du démantèlement des restes de l'armée, ce qui obligea par la suite la République à s'appuyer de plus en plus sur les Jedi et les Judiciaires pour maintenir l'ordre et régler divers conflits, qui s’apparentaient le plus souvent à de simples litiges. Nul doute que ce manque profita à certains sénateurs et à certaines méga-corporations, qui purent agir plus tranquillement à leur guise. Bien que pendant de nombreuses années la République se vanta de travailler en faveur de la paix sans user de la violence, elle disposait quand même d'une minuscule armée, totalement inoffensive et seulement utile pour les cérémonies.La Flotte du Katana, quant à elle, resta à jamais l'échec cuisant d'une malheureuse tentative de réinstaurer une flotte de guerre républicaine.
Mais, avec la menace séparatiste grandissante orchestrée par le Comte Dooku, la République revint sur sa décision et déploya une armée de soldats clones constituée par les généticiens de Kamino, qui fut connue sous le nom de Grande Armée de la République. Ceci expliquant 
pourquoi le conflit galactique qui suivit la crise séparatiste s'appela la Guerre des Clones. Cette guerre vit s'affronter le gouvernement galactique et les Séparatistes sur de nombreux théâtres d'opérations pour finalement se solder par la victoire de la République sur la Confédération des Systèmes Indépendants. Bien qu'après cette période d'affrontements de trois ans, les clones furent remplacés par des humains normaux, c'est sur la base de cette Grande Armée de la République que se constitua l'Armée Impériale, et que l'Empereur Palpatine put régner d'une main de fer sur son nouvel Empire.


Les Comités

À l'image d'une bureaucratie parfaite, l'administration républicaine souffrit de ses propres rouages, particulièrement dans le dernier siècle de son existence. En effet, chacun des membres de l'administration tentait d'accroître son pouvoir en limitant celui des autres, voire même de se l'arroger. Pour cela, ils instaurèrent des règles et des procédures qui finirent par ankyloser sensiblement le système, et donc à alourdir toute l'organisation et les procédés administratifs. De là, comme chacun des membres des comités agissait pour son propre compte, et qu'à cause de cette lourdeur administrative il était difficile d'opérer une refonte du système, la corruption gagna du terrain, puisqu'elle et les pots-de-vin qui en découlaient permettaient généralement de contourner toute cette organisation pompeuse.
Par conséquent, le Sénat Galactique se divisa en une multitude de comités plus ou moins importants, constitués de sénateurs, de bureaucrates, et parfois même de Jedi. Vers la fin de la République, ces comités se sont multipliés tels un virus : pour exemple, on dénombra pas moins de 20 comités rien que pour décider de la décoration du bâtiment du Sénat. Bien que les idées et propositions de lois étaient d'abord et toujours exposées au Sénat, elles dépendirent bientôt des comités, qui décidaient si leur contenu devait être modifié et voir tout simplement si ces lois étaient dignes d'être adoptées. Dans les dernières décennies de la République, les affaires et les activités du gouvernement furent de plus en plus déléguées et gérées par ces comités.






La planète capitale fut dès le départ un élément essentiel et irremplaçable de l’Ancienne République, parce qu’elle fut non seulement choisie pour accueillir le Sénat Galactique et le Temple Jedi, mais aussi parce que son dialecte fut utilisé pour le commerce et les négociations, puis universalisé en donnant naissance au Basic, la langue la plus parlée dans toute la galaxie. C’est la République Galactique qui, en choisissant Coruscant comme lieu de centralisation de son gouvernement et de ses pouvoirs, établit son importance, qui ne cessa de croître au fil des 25 000 ans que dura le gouvernement démocratique, et ainsi attira de plus en plus d'immigrants de toutes espèces. Ceci explique pourquoi Coruscant devint une planète mégalopole grisonnante, recouverte presque entièrement de gratte-ciels aux proportions phénoménales, à tel point que la seule partie encore visible de la surface originelle de cette planète étaient les Montagnes Manarai.






La République fut bâtie sur ses propres idéaux démocratiques, tranchant nettement avec ceux d'un régime dictatorial tel qu'on pouvait en rencontrer à l'époque de sa fondation. Certains de ses principes furent si bien pensés qu'ils furent repris des années plus tard pour le compte de la Nouvelle République. Mais au fil des millénaires, ces préceptes qui avaient fait la grandeur de la République Galactique ne représentèrent bientôt plus que des coquilles vides. Bien que l'on se souvienne de ces idéaux, le but qu'ils devaient inspirer s'est perdu dans les méandres du temps, oublié parfois sciemment par les politiques, parfois plus intéressés par leur propre profit.


La voix de la démocratie

La République Galactique se voulait avant tout un régime libre de démocratie représentative. Les différents et nombreux peuples qui la composaient choisissaient librement leurs représentants, les sénateurs, pour siéger au Sénat Galactique. Les décisions prises concernant la politique à suivre n'étaient donc pas dictées par une seule personne ou par un petit groupement d'individus de type oligarchie, mais par l'assemblée sénatoriale et ce au nom des peuples libres qui composaient le gouvernement républicain. Ainsi, cette assemblée avait été créée pour prendre le temps d'écouter les orateurs souhaitant se faire entendre et pour débattre plus ou moins longuement des sujets concernés, dans l'optique que les résolutions adoptées au terme des sessions conviennent, non pas à tous, cela serait utopique de le croire, mais à la majorité des citoyens.


L'alliance de la diversité

Pour la République, la cohésion entre les différentes espèces la composant était indispensable, parce qu'elle montrait justement la force de son régime démocratique, aussi bien au Sénat Galactique et dans l'administration qu'au niveau planétaire avec la coexistence d'ethnies issues de tous les horizons. Chaque espèce trouvait sa place au sein de ce régime, parce que chacune disposait de qualités qui lui étaient propres et qui participaient d'une complémentarité avec les autres espèces, ce qui contribua largement à renforcer les liens inter-peuples et, a fortiori, à renforcer la République toute entière. En outre, chaque espèce participait à l'édification de la République puisque chacune apportait sa pierre à l'édifice en exposant sa propre vision et sa conception des choses, que ça soit dans l'architecture, dans l'établissement des lois, etc. Les décisions prises par le Sénat n'étaient donc pas limitées aux standards, aux normes et aux valeurs d'une seule race, mais par une coopération étroite et une entente réciproque entre la pléthore d'espèces qui constituait cette assemblée. De plus, aucune culture n'étant supérieure à une autre, les différents peuples furent encouragés à faire découvrir et à répandre leurs cultures, sans que l'une en profite pour supplanter une autre toutefois, car le génocide culturel était considéré comme un crime de guerre aux yeux de la République.


Séparation des trois pouvoirs

Bien que cela ne soit pas une idéologie à proprement parler, la première République Galactique, pour se représenter comme étant un régime politique libre et démocratique, se devait de montrer clairement la séparation de l'ensemble de ses pouvoirs et non la concentration en une seule et unique personne, ce qui dans ce cas constituerait une monarchie ou une tyrannie. Le pouvoir législatif était donc accordé aux sénateurs, le pouvoir exécutif au Chancelier Suprême et le pouvoir judiciaire à la Cour de Justice. Les Jedi disposaient quant à eux d'une sorte de mélange de deux de ces pouvoirs, variant entre une once de pouvoir exécutif et entre une de pouvoir judiciaire. Au fil de l'histoire de la République, cette marque de pouvoir des Jedi, leur permettant de garantir le respect des lois au sein de l'espace républicain, s'effaça petit à petit.


La paix

L'un des rôles primordiaux de la République était d'assurer la paix dans la galaxie, non seulement à l'intérieur de son territoire, mais également hors de ses frontières. Elle n'acceptait aucune dictature ou autre gouvernement autoritaire en son sein, et les régimes s'en rapprochant et souhaitant intégrer le Sénat devaient obligatoirement changer leurs manières. La République avait la possibilité d'intervenir hors de son espace territorial uniquement si la sécurité de l'un ou de plusieurs de ses mondes était menacée, voire si un organisme extérieur faisait une demande d'aide. Cependant, cette paix devait être absolument maintenue par des moyens pacifiques dans un premier temps et dans le cadre du possible, d'où l'importance du Sénat Galactique, qui pouvait employer des ambassadeurs, des dignitaires, des officiers et parfois même des Jedi pour les envoyer en délégations. Le Sénat faisait donc, en accord avec les principes de la République, usage de la médiation, des négociations, de l'arbitrage, et dans certains cas pouvait imposer des sanctions telles que l'embargo ou le boycott, mais devait à n'importe quel prix préserver la République loin de conflits ravageurs. Cette théorie fut plus facile à dire qu'à mettre en pratique, puisque l'armée et les flottes républicaines durent intervenir à de trop nombreuses reprises au cours de l'histoire du gouvernement, comme par exemple lors des Guerres Mandaloriennes.


L'équilibre

La République, étant égalitaire, ne devait pas favoriser ou défavoriser l'un des partis concernés par les résolutions qu'elle adoptait à propos de tel ou tel sujet. Le Sénat se devait de calculer méticuleusement les inconvénients et les avantages pour trouver à chaque fois un semblent de juste de milieu, une sorte d'entente entre les différents partis. Et ce pour éviter la naissance d'inégalités et d'injustices criantes, qui pourraient engendrer de graves rivalités, voire des mini-conflits, qui risqueraient à leur tour d'entraîner de véritables escalades vers la violence, voire un conflit majeur.


La justice

Fortement liée à la démocratie, la justice de la République se voulait un modèle d'exemplarité, efficace et égalitaire. Ainsi, les accusés, quels que soient leur espèce et leur statut social, se retrouvaient tous égaux devant les lois républicaines et les tribunaux se devaient de donner des verdicts impartiaux et justes. De la même manière, tout le monde avait techniquement le droit d'intenter un procès pour réparer une action qui semblait injuste à son encontre, et personne en théorie n'était intouchable, pas même au sein de l'administration de la République. Autre détail important, la peine de mort était exclue du système judiciaire républicain, car considérée comme une sanction totalement barbare et bien trop caractéristique des régimes autoritaires, la République s'efforçant de s'éloigner de ce type de modèle.


La liberté

Valeur d'une importance sans égale, la liberté fut une base sur laquelle la République fonda entièrement la structure de ses principes moraux. Toutes les espèces, tous les peuples, possédaient le droit premier d'exister, et la discrimination, quel que soit son domaine, était lourdement sanctionnée par la loi. Cette liberté se retrouvait également au niveau social, avec une censure inexistante et le droit d'expression par exemple, mais aussi au niveau de la sphère politique et dans l'économie. Sans compter que le Droit des Êtres Pensants, qui s'appliquait sur l'ensemble du territoire républicain, abolissait théoriquement l'esclavage, qui était perçu comme une plaie par les mondes libres. Ainsi les individus, ou plutôt les citoyens de la République, disposaient de droits et de devoirs, c'est-à-dire qu'ils jouissaient d'une grande liberté tant qu'ils respectaient les lois et autrui; mais ces droits et lois n'empêchaient nullement le racisme ni les propos nationalistes. Les Jedi, qui combattaient au nom de la République, étaient les garants de la paix et de la liberté des peuples. Mais avec le temps, il semble que la République ait accordé trop de libertés, comme en témoigne le despotisme perpétré par les grands cartels commerciaux, qui purent agir à leur guise sur des systèmes entiers sans que la République n'ait réagi. Cet état de fait fut un des facteurs à l'origine de la Guerre des Clones.




_________________
avatar
Abinsuur
Admin

Messages : 49
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 28
Localisation : Coruscant / Yavin 4

Voir le profil de l'utilisateur http://thethoyorguards.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum