La République Galactique - Première Partie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La République Galactique - Première Partie

Message par Abinsuur le Mar 2 Jan - 17:34











La République Galactique fut une des puissances les plus imposantes et une des plus étendues qui ait jamais existé, et qui aura à jamais marqué les esprits ainsi que le visage de la galaxie. Son ère d'existence et de développement s'étendit sur près de 25.000 ans d’histoire, une période extrêmement longue partagée entre temps de paix, de conflits territoriaux, et de guerres politiques internes. Pourtant, au terme de ces millénaires, cette grande démocratie laissa la place à l'Empire Galactique, un régime totalitaire basé sur une grande armée et l'utilisation de la terreur, à l'idéologie axée sur la supériorité de la race humaine, le tout dirigé par une seule personne détenant l'ensemble des pouvoirs, l'Empereur Palpatine.





Origine

Près de 130 années après la troisième Bataille de Vontor, où Xim le Despote et ses légions de robots de guerre furent honteusement balayés par Kossak le Hutt, une poignée de mondes du centre de la galaxie ratifièrent la Constitution Galactique, donnant naissance à une petite et fragile coalition : La République Galactique. En effet, la fondation de l'Ancienne République, nom qui lui fut attribué lors de l’avènement de la Nouvelle République, eut lieu vers l'an 25000 av.BY, et les circonstances de cet événement restent encore bien troubles de nos jours. Les informations relatant cette période historique sont très peu nombreuses, probablement perdues dans les méandres du temps ou bien n'ont jamais existé. Il semble que les principaux Mondes du Noyau se soient rassemblés en une coalition pour former la République, et qu’un gouvernement démocratique, dont les principales valeurs étaient basées sur la liberté, la paix et la justice, ait été mis en place pour gérer l’espace territorial, avec à sa tête le premier Chancelier Suprême.

Coruscant, capitale de la République Galactique
Ce changement géopolitique fut rendu possible à cette époque par le développement des tous premiers hyperdrives, qui permirent par la suite aux territoires républicains de s’étendre, raccourcissant la durée des voyages spatiaux de façon astronomique et favorisant les échanges commerciaux et les flux de population. C’est également à cette même époque qu’apparut l’Ordre des remarquables Chevaliers Jedi, protecteurs de la République et adeptes de ce qu’ils appelaient la Force. Coruscant, déjà à cette époque reculée, fut choisie comme capitale de la coalition en raison de sa position géographique d’une part, mais aussi parce que sa langue, qui donna plus tard naissance au Basic, était assez répandue dans les Mondes du Noyau. Ainsi, elle disposait déjà d’un rôle de grande envergure et accueillit en son sein le Sénat Galactique ainsi que le Temple Jedi.


Les premiers conflits

Mais dès sa création, la République entra dans de petits conflits, parmi lesquels se trouvent la guerre brutale contre le peuple aqualish, originaire de la planète Ando. Ces derniers, au caractère xénophobe modéré, avaient effectivement ouvert les hostilités en s’attaquant à un vaisseau républicain, sans aucune sommation. Appelée à la rescousse par les voisins des Aqualish qui désiraient obtenir la protection de la République pour échapper à l'hégémonisme de leurs tortionnaires, celle-ci n’eut d’autre choix que d’intervenir. Même si les Aqualish bénéficiaient d’un effet de surprise, leur niveau technologique était si faible en comparaison de l'arsenal républicain que la guerre, bien qu’extrêmement brutale, ne fut pas longue, et les Aqualish eux-même demandèrent grâce et se rendirent. La République accepta en imposant ses conditions, notamment l’interdiction pour les natifs d’Ando de redevenir une puissance militaire et que la planète soit gardée quelques années sous sa tutelle avant qu’elle ne puisse redevenir autonome.


Le Grand Schisme

Du côté de l'Ordre Jedi, des troubles ne se firent pas attendre non plus. Un jeune Padawan, Reda Jalooz, vola une relique appartenant à la monarchie de Kashi. Quelques mois plus tard, Reda Jalooz découvrit que la relique renfermait un secret aussi sombre qu’horrifiant, et demanda la clémence au Haut Conseil Jedi. Peu de temps après, une supernova détruisit entièrement le système Kashi. La cause du déclenchement de cette supernova demeure encore à ce jour inconnue. Une partie de l’opinion publique l’attribua à un désastre naturel, bien que cela soit peut-être lié à la Force. Un autre événement qui secoua l’Ordre jusque dans ces fondements fut la défection du Jedi Xendor, en l'an 24500 av.BY, qui provoqua une guerre connue sous le nom du Grand Schisme, durant laquelle de nombreux Jedi et renégats obscurs s’affrontèrent au cours de batailles sanglantes pendant près d'un siècle, au grand dam de la République. Finalement, les Jedi Noirs furent vaincus.
Durant les 20.000 années qui suivirent ce Grand Schisme, qui fut une très longue période de paix relative et de prospérité, cette République s’étendit jusqu'aux confins de la galaxie, rassemblant toujours plus de peuples, de cultures et de planètes différentes en son sein, telles que Caamas ou Carida, ses territoires grossissant à vue d’œil sur les cartes galactiques. Cette expansion, également prospère pour le développement du commerce et de l’industrie, vit fleurir aux quatre coins de la galaxie, et en quelques siècles seulement, une multitude de grandes compagnies industrielles telles que la Corporation Technique Corellienne ou Rendili StarDrive et bien d'autres encore, tandis que de grandes routes commerciales furent tracées pour constituer un réseau dense et de plus en plus sûr pour les transactions commerciales. Cependant, malgré cette période de prospérité, les tensions internes de la jeune démocratie ne disparurent pas pour autant : en 20000 av.BY, les Etti refusèrent d’obéir à certaines règles et lois, s’opposant ainsi à la République. Ils se constituèrent une flotte spatiale et partirent à la recherche d’un monde nouveau, loin du giron de la République. Autre exemple, celui d'une rébellion, fomentée à l’encontre du gouvernement de la République, qui fut contrecarrée de justesse en 10000 av.BY, et les réfractaires furent immédiatement exilés dans l’Espace Sauvage où, chanceux, ils colonisèrent la planète Adumar. À cette même époque, un combattant du nom de Vall Kumauri prit, d’une manière fulgurante, le contrôle de plusieurs douzaines de systèmes dans les régions périphériques de la République sans que cela puisse inquiéter la démocratie outre mesure. L’empire de Vall s’effondra d’ailleurs aussi rapidement qu’il était apparu.


Réjouissances

Cependant, la République connut aussi des réjouissances : des civilisations comme les Tunroth ou les Gortohrejoignirent la République, respectivement en 9000 av.BY et 7500 av.BY, après avoir été découverts par des missions d’explorations. Des régions entières, comme par exemple le Secteur Elrood en 9000 av.BY, sont colonisées par la République, et des planètes comme Ord Mantell et Malastare, en 12000 av.BY et 8000 av.BY, deviennent des avant-postes militaires importants. En 7000 av.BY, l'Ordre Jedi, prenant très à cœur sa tâche de protéger coûte que coûte la démocratie galactique, se vit dans la malheureuse obligation de prendre les rênes de la République pour son bien et sa sauvegarde lors des Cent Ans d’Obscurité, connu aussi sous le nom de Second Grand Schisme. En 6900 av.BY, au terme de cent ans de guerre, les adeptes du Côté Obscur furent bannis de l’Ordre et de l'espace républicain. Après avoir erré sans relâche, ces Chevaliers déchus se réfugièrent sur une planète lointaine, Korriban, occupée par la race humanoïde des Sith, réduisant ces derniers en esclavage et créant ainsi le redoutable Empire Sith, avec la planète Korriban pour nécropole. C’est à partir de ce moment-là que les Exilés furent appelés des Seigneurs Sith.


L'ère de Manderon

Mille ans plus tard, la République déclarait la célèbre ère de Manderon débutée. En 5007 av.BY, l’insigne républicain est gravé sur la lune de Carida, une des premières planètes à s'être ralliée à la République, et qui abrita plus tard la plus grande académie militaire de renom de la République. De ces 20 siècles d’expansion et de prospérité incessantes, une période extrêmement longue et quelque peu mouvementée par certains événements ponctuels, il ne se passa rien de vraiment extraordinaire.


La Grande Guerre de l'Hyperespace

Vers la fin de la plus importante apogée de la République, c'est-à-dire vers l'an 5000 av.BY, de grands troubles commencèrent à se faire ressentir. Le système Koros, comprenant sept mondes habités, fut unifié par l’Impératrice Tétaavec l’aide d’une poignée de Jedi, devenant ainsi un pôle républicain important du fait de ses ressources économiques et militaires. Pendant ce temps, deux explorateurs de l'hyperespace, Gav et Jori Daragon, échouèrent par hasard au beau milieu de l'Empire Sith. Les frontières des deux plus grandes puissances de la galaxie étaient alors sensiblement proches. Naga Sadow, redoutable Seigneur Sith, cherchant à étendre sa mainmise, vit alors en ces deux explorateurs une opportunité pour redorer l’Empire Sith sur le déclin, et attaqua la République de plein fouet en déclenchant la Grande Guerre de l’Hyperespace. Ravageant de nombreuses planètes, les Sith attaquèrent Coruscant, la planète capitale de la République, qui fut le théâtre d’une très grande bataille, sanglante et douloureuse. Mais la stratégie des Sith fut mise à jour grâce à Gav Daragon, et les Républicains, aidés des Jedi, triomphèrent et détruisirent une bonne partie de l’armée adverse.
Les forces conjuguées des Jedi et de l’Impératrice Téta s’enfoncèrent ensuite en territoire ennemi, alors que les flottes Sith étaient occupées sur divers fronts, en vue de traquer le Seigneur Noir en fuite. Celui-ci tenta bel et bien de détruire ses poursuivants par l’explosion d’une étoile, mais échoua dans sa tentative et profita de la confusion pour s’enfuir une fois de plus. Néanmoins, Naga Sadow fut pisté, puis surpris par la flotte de l’Impératrice Téta en plein combat avec son rival, Ludo Kressh, et décida encore de fuir en ordonnant à ses forces restantes de couvrir sa retraite vers Yavin 4 lors d’une ultime bataille. L’Empire Sith, quant à lui, fut réduit à néant de façon méthodique par les puissances victorieuses, laissant entrevoir un nouvelle période pour la République, riche en découvertes et en innovations. Cette Grande Guerre de l'Hyperespace fut la première qui opposa la République et les Jedi aux guerriers Sith, et ce ne fut pas la dernière.


La Grande Révolution Droïde

En 4250 av.BY, le Cataclysme de Vultar dispersa une nouvelle fois les Jedi, qui firent face à un seconde schisme, moins important que le premier, mais qui mérita tout de même une considération de la part du Conseil Jedi et du Sénat Galactique. En 4015 av.BY, la Grande Révolution Droïde secoua Coruscant pendant quelques temps, mais le problème fut résolu grâce aux Jedi, et ce soulèvement incita par la suite les entreprises d'armes à développer une meilleure technologie à ion. Plus tard, en 4002 av.BY, des explorateurs républicains découvrirent Onderon et entrèrent en contact avec ses habitants. En raison des Guerres des Bêtes, entamées bien après la mort du Sith et dictateur Freedon Nadd, la planète restait littéralement plongée dans le chaos absolu. Deux années après sa découverte, le Chevaliers Jedi Ulic Qel-Droma et un groupe de Jedi furent envoyés par la République pour mettre un terme aux combats sévissant sur Onderon. La reine Amanoa, descendante et héritière de Freedon Nadd, s’opposa à tout processus de paix et ne voulut pas entrer en réconciliation avec les Bestiaires ; elle souhaitait simplement s’en débarrasser. Bien que le Maître JediArca Jeth soit intervenu pour apaiser la situation, la reine mourut prématurément. Sa fille, Galia, lui succéda et épousa Oron Kira, le fils du chef des Chevaucheurs de Bêtes, ce qui mit fin à la guerre, et Onderon entra enfin dans le giron de la République. Malgré cela, des disciples de Freedon Nadd semèrent le trouble dans la capitale, Iziz. Ces fanatiques subtilisèrent le cadavre de leur maître, investirent de force la cité fortifiée et prirent en otage le Maître Jedi Arca. Une guerre civile éclata alors, obligeant une nouvelle fois la République à intervenir et, après avoir découvert que le roi Ommin dirigeait en secret les rebelles, mandata Ulic Qel-Droma et ses hommes pour repousser les Naddistesdéchaînés. Les corps de la reine Amanoa, de Freedon Nadd et du roi Ommin furent arrachés aux mains des fanatiques après de rudes combats et transportés sur l’hostile lune de Dxun, pour que tous les relents de Force Obscure soit définitivement écartés d'Onderon.


Les Guerres Sith

Vers l'an 4000 av.BY, la planète Argazda fit sécession, prit les armes et se révolta contre la République. Le gouverneur provisoire, Myrial, profita de la situation et commença à conquérir petit à petit le Secteur Kanz, incluant notamment la planète Lorrd. Le conflit de Kanz était un événement trop insignifiant en vérité pour que la République ait pu s’en soucier immédiatement. En 3996 av.BY, la menace Sith refit surface avec la venue du Seigneur Noir des Sith Exar Kun et de son jeune apprenti Ulic Qel-Droma, qui avaient en tête de reconstruire l'Empire Sith. Le pouvoir de Kun, attisé par un holocron Sith, était tel qu’il fit basculer certains Jedi sous sa bannière. Avec ses guerriers massassi, ses Jedi Noirs, les Mandaloriens et les Krath, il lança une offensive meurtrière sur l’ensemble du territoire républicain. Les Krath, eux, furent refoulés dès les premières heures du conflit par les forces combinées des Jedi et de la République lors de la Bataille de Koros Major, après avoir tenté de prendre totalement le contrôle du système de l'Impératrice Teta. L’apprenti d'Exar Kun, quant à lui, fut capturé lorsqu'il tenta une attaque totalement inconsidérée contre Coruscant pour s’emparer du pouvoir, échouant dans sa vaine tentative en raison d’une traîtrise à son encontre de la part d’Aleema Keto. Après avoir sorti son apprenti des geôles républicaines, Kun décida de montrer sa pleine puissance aux yeux de la République et, avec d’anciens artefacts Sith, pulvérisa une bonne partie de l’Amas de Cron et tua des millions d’êtres vivants. L’onde de choc avait comme simple but d’atteindre la Bibliothèque d’Ossus, pour obliger les Jedi à évacuer, en vue de récupérer des artefacts précieux de grande valeur.
La République, bien que terrorisée par un tel élan de puissance destructrice, ne recula pas, et décida de continuer la lutte. Un événement inattendu contra cependant les plans d'Exar Kun : la perte de l'usage de la Force chez son apprenti Ulic Qel-Droma, qui, lui montrant les horreurs qu’il a commis, révéla l’emplacement de la base de son maître aux Jedi en vue d’une rédemption. Face à la puissance du Côté Obscur, la République laissa carte blanche aux Jedi plutôt que de risquer ses propres troupes dans un combat qui la dépassait de loin. Les Jedi rassemblèrent au plus vite des milliers des leurs pour unir leurs forces et réduire à néant Exar Kun, en plus de ses derniers Massassi. Les Mandaloriens et leur chef Mandalore, privés des Seigneurs Sith, furent mis en déroute par l'armée républicaine sur Onderon et décidèrent d'un repli stratégique en direction de Dxun, tandis que les Krath sombrèrent dans la ruine, suite à la perte de leur dernier leader, Aleema Keto. Débarrassée de toutes ces menaces, la République espéra retrouver un temps de tranquillité afin de pouvoir panser ses blessures.


Les Guerres Mandaloriennes et la Guerre Civile des Jedi

Mais à peine la République était-elle sortie d'une guerre que déjà une autre se profila à l’horizon, marquant la fin d'une ère de paix, bien trop brève. C’est effectivement en 3976 av.BY que les guerriers Mandaloriens débutèrent leurs conquêtes dans la Bordure Extérieure, en choisissant méthodiquement leurs cibles de sorte que l’espace républicain soit épargné, et donc de telle sorte que le gouvernement galactique ne puisse se mêler de leurs affaires. Ni la République, ni les Jedi, n'intervinrent face aux massacres continus perpétrés par les Mandaloriens. Mais les Guerres Mandaloriennesne débutèrent réellement qu'en 3963 av.BY, lorsque ceux-ci décidèrent de s'attaquer à des planètes placées sous juridiction républicaine. Les Jedi, quant à eux, ou du moins les instances dirigeantes de l'Ordre, rechignaient toujours à s'en mêler et laissèrent les militaires poursuivre seuls le combat. Cependant, deux années plus tard, en désaccord avec la décision du Conseil Jedi, les Chevaliers Jedi Revan et Malak décidèrent de leur propre chef de rejoindre le front, en entraînant plusieurs groupes d'adeptes de la Force dans leur croisade.
Une fois sur place, ils prirent le commandement d'une flotte républicaine pour combattre les conquérants Mandaloriens. Sous leurs ordres, la République remporta victoires sur victoires en moins d'une année, et les Mandaloriens se rendirent apparemment sans condition suite à l'ultime Bataille de Malachor V. Les deux Jedi, aux commandes d'une petite armada de vaisseaux, partirent, selon leurs dires, à la poursuite des dernières poches de résistance mandaloriennes. Ils se rendirent dans les Régions Inconnues et disparurent ainsi pendant près d'un an. Vers 3959 av.BY, la flotte de Revan et Malak réapparut au sein de l'espace républicain, accompagnée de nombreux navires d'un type inconnu. Revan, à l'horreur générale, s'était autoproclamé Seigneur Noir des Sith et Malak était devenu son apprenti. Ils prirent d'assaut les mondes encore affaiblis par le précédent conflit, engendrant ainsi une nouvelle guerre Sith.
La majorité des officiers, des soldats et des Jedi qui les avaient accompagnés leurs restèrent fidèles, même en tant que Sith, et parmi eux se trouvaient d'anciens héros des Guerres Mandaloriennes : l'amiral Saul Karath et les généraux Mon Halan et Derred. La République, quelque peu désorientée face à cette situation, dut donc faire face à cette nouvelle menace des plus terrifiantes, cette fois-ci avec l'aide des Jedi. Mais quelque chose clochait dès le début de ce conflit, car les forces Sith semblaient disposer d'une source illimitée d'armes et de vaisseaux de guerre par rapport à l'armée républicaine. Les deux camps cherchèrent cependant à recruter le plus de troupes possibles, et les dissensions chez les Jedi furent plus fortes que jamais, car Revan réussit à en attirer toujours plus de son côté, si bien qu'on appela cette guerre la Guerre Civile des Jedi.
Deux ans après le début de ce conflit majeur, suite à une escarmouche avec les forces républicaines, Dark Revan, gravement blessé, fut capturé par un groupe de Jedi menés par la jeune Bastila Shan. Durant ce combat, Dark Malak, souhaitant prendre la place de son Maître, avait ouvert le feu sur le vaisseau amiral de celui-ci et le détruisit. Croyant s’être débarrassé de son ancien ami, il prit légitimement la place du Seigneur Noir des Sith et poursuivit la guerre contre la République d'une façon encore plus violente. Ironiquement, la seule chance pour la République de gagner cette guerre résidait en Revan, qui connaissait le secret de la source de puissance des Sith. L'esprit de celui-ci restait, après sa capture, trop embrumé, et suite à ses blessures, il avait perdu une grande partie de ses souvenirs. Une seconde chance fut donnée à Revan, ainsi qu'une nouvelle identité implantée dans sa tête par le Conseil Jedi.
Dès lors, le nouveau Revan suivit un réapprentissage des voies de la Force, et il s'ensuivit une épopée qui le conduisit, lui et son groupe, à travers toute la galaxie, jusqu'à ce qu’ils découvrent l'emplacement de la Forge Stellaire, un artefact rakata permettant aux Sith de disposer de matériel militaire de façon continue. Le Seigneur Malak avait réussi au cours du voyage de Revan à capturer Bastila, qui disposait du don de méditation de combat, et la tortura jusqu'à ce qu'elle succombe au Côté Obscur de la Force afin de l'utiliser à ses propres fins. Lorsqu'une flotte de la République s'en prit à la Forge Stellaire, Revan avait refusé de suivre Bastila vers le Côté Obscur lorsqu'elle lui proposa de devenir son apprentie, et Revan et les compagnons de l'Ebon Hawk gagnèrent la Forge Stellaire alors que la bataille faisait rage aux environs de la station. Depuis l'un des ponts de la station rakata qu'elle avait regagnée, Bastila utilisa sa méditation pour faire pencher la balance en faveur de l'armada Sith, mais elle rencontra à nouveau Revan qui la fit retourner vers le Côté Lumineux. Dès lors, Bastila retourna sa méditation en faveur de la République, qui effectua une percée jusqu'à la Forge, Revan affrontant et tuant Malak, mettant ainsi fin à la guerre.
Une fois échappés de la station, Revan et son groupe assistèrent à la destruction de la Forge par la flotte républicaine, et les célébrations de la fin du conflit se déroulèrent sur le monde des Rakatas. Ainsi, la République sortit victorieuse de cette guerre, mais cette victoire avait un goût des plus amers : ses armées étaient décimées, trop peu de vaisseaux et de troupes étaient disponibles pour surveiller son territoire, ses caisses de finance étaient vides, et plusieurs mondes comme Taris, Télos IV et bien d'autres, qui avaient subi des bombardements intensifs de la part des Sith, étaient devenus des astres encore fumants. La République mit en œuvre des projets de restauration, dont le projet Reconstruction de Télos IV qui faillit être stoppé, pour vérifier si de tels efforts déployés par ses soins pouvaient apporter leurs fruits et permettre à la République de se redresser. Son bilan économique resta cependant déplorable, et les projets de restructurations furent vivement critiqués dans un premier temps.
Les Jedi avaient encore plus payé que la République dans cette guerre, perdant l'Académie de Dantooine, rasée par Malak, ainsi que de nombreux Maîtres Jedi, Chevaliers et Padawans. Ils n'étaient plus désormais qu'une centaine pour toute une galaxie, mais continuèrent néanmoins à pourchasser les adeptes survivants de la Force Obscure. Mais lors d'un rassemblement sur Katarr, les Jedi, ainsi que les autochtones, furent tous annihilés mystérieusement par un Seigneur Sith. Proche d'un véritable déclin Jedi, les derniers Maîtres du Haut Conseil Jedi décidèrent de se cacher pour éviter leurs indiscernables ennemis, laissant la République sans véritable aide pendant un moment. Pour couronner le tout, des émeutes éclatèrent sur Onderon, alliée de la République, disposant alors d'une force militaire importante. Le général Vaklu et son fidèle second le colonel Tobin désiraient s'emparer du trône et imposer à Onderon une position isolationniste avec l'aide de Dark Nihilus, qui lui était bien plus intéressé par les trésors que renfermait la lune Dxun. Mais les loyalistes à la reine Talia repoussèrent les forces armées du général et étouffèrent rapidement son mouvement d'insurrection. La capitale et seule ville habitée d'Onderon, Iziz, fut rudement éprouvée par cette guerre interne, et sa population durement touchée. Finalement les derniers des Sith furent éliminés en 3951 av.BY, lorsque Dark Nihilus fut vaincu à bord de son navire durant la bataille de Telos IV par un groupe de Jedi et de Mandaloriens commandés par l'Exilée, et lorsque Malachor V, abritant l'Académie de Trayus où se trouvaient Dark Sion et Dark Traya, fut réduite à l'état de poussière sidérale.
La République put enfin retrouver dès lors une ère d'expansion et de prospérité, sans revenir toutefois à un âge d'or qu'un grand nombre de citoyens de la République espéraient pourtant retrouver. En outre, des routes commerciales importantes, telles que la Voie Hydienne et la Voie Marchande de Rimma, furent délimitées, alors que les derniers problèmes conflictuels furent lentement résolus. En 3600 av.BY, la République décida de régler une bonne fois pour toute la question du désordre régnant dans le secteur Kanz à partir de la planète Argazda, où elle fut secondée dans cette tâche par les Jedi. Puis, en 2000 av.BY, eut lieu la toute première rencontre entre la République et l'étrange race des Cha'wen'he, évènement des plus gratifiants pour la démocratie. En 1000 av.BY éclatèrent les Nouvelles Guerres Sith, bien moins brutales que les précédentes, et qui se conclurent très vite par la Bataille de Ruusan, où le Seigneur Noir Kaan fut terrassé, ainsi que ses armées. Cette bataille marque la soi-disante "fin" des Sith, qui entrèrent avec Dark Bane, seul Sith survivant, dans la clandestinité. Les Jedi allaient payer le prix fort, un millénaire plus tard, pour ne pas avoir pris soin d'éradiquer le dernier des Seigneurs Sith. Quelques siècles plus tard, en 600 av.BY, la Républiquecolonisa le Secteur Kathol, très proche de celui d'Elrood, puis des explorateurs découvrirent la planète Orax en 132 av.BY, et en 110 av.BY, l'espèce des Blood Carver, originaires de la planète Batorine, se joignit à la République.


La Révolte Arkanienne

Près d’un demi-siècle plus tard, la République connut ses derniers jours sous des auspices plutôt incertaines, voire totalement sombres. On parlait déjà à cette époque de lente décadence de la République Galactique, dont le système et le gouvernement présentaient plusieurs failles non négligeables. De grandes corporations marchandes s'étaient constituées de véritables petits royaumes, s’arrogeant les zones de libre-échange et exerçant un hégémonisme, au plus grand mécontentement des habitants des systèmes distants. Ces cartels commerciaux, qui s'entraidaient quand leurs intérêts convergeaient, disposaient d’ailleurs de nombreux alliés et d’une grande influence au Sénat Galactique, ce qui leur accordait une belle marge de manœuvre pour leurs affaires. Dès lors, il ne faut pas s'étonner qu'en 50 av.BY, une sorte de révolution arkanienne éclata : les révoltés tentèrent, sans succès, de renverser le Dominion Arkanien par la force des armes.
C’est alors que le Maître Jedi Mace Windu entra en scène et combattit l'Arkanien du nom de Gorm le Destructeur, mettant ainsi fin aux affrontements. En l'an 44 av.BY, la République réussit à défaire le tyran du système Kol Huro. Les sept mondes de la région étaient désormais consacrés à la création de systèmes défensifs et à la construction de vaisseaux pour leur nouveau souverain, mais ils gardèrent tout de même une relation avec le gouvernement républicain. Dans la même année, la Flotte Katana, composée de 200 cuirassés lourds automatisés, disparut lors d'un saut hyperspatial dû à une épidémie faisant rage au sein des équipages se trouvant à bord des cuirassés. Les sénateurs, largement déçus au vu des énormes frais encaissés, refusèrent dorénavant de créer d’aussi grandes flottes, qui plus est munis de circuits d’asservissement à un seul navire. Cependant, ils furent obligés de réviser leur position quelques deux décennies plus tard.


La Guerre Hyperspatiale de Stark

Sans compter que la Guerre Hyperspatiale de Stark, très brève mais sanglante, secoua quelque peu la galaxie à cette époque. Déclenchée par le Collectif Commercial de Stark dans des mondes reculés en raison d’une crise de bacta, trop cher et très rare dans ces secteurs, le conflit se déroula surtout autour de la planète Troïken et de la planète Qotile, où les Jedi et les défenseurs républicains tinrent bon jusqu’à ce que les criminels soient mis en déroute et traduits en justice. En l'an 35 av.BY, la République décida de mettre en place ce qui fut appelé la Grande ReSynchronisation, commençant ainsi un tout nouveau système de datation galactique qui établissait l'année suivante comme étant l'an 1, chose qui fut supprimée peu de temps après avec la chute de la République et l'avènement de l'Empire Galactique. Trois années plus tard, après le massacre du Sommet d'Eriadu, la taxation des routes commerciales, proposée au départ par le Chancelier Finis Valorum, fut enfin votée, ce qui déplut énormément aux grandes corporations marchandes, notamment à la Fédération du Commerce.


La crise de Naboo

Mais l’accord stipulait également pour celle-ci une permission d’augmenter ses contingents droïdes pour une protection adéquate face aux pirates et autres groupements criminels. Cependant, les Neimoidiens ne virent pas l’arrivée de cette mesure d’un très bon œil, et prirent quelque peu peur de voir baisser leurs marges de profits. Utilisant à bon compte sa nouvelle Armée Droïde Séparatiste, le Vice-Roi Nute Gunray prit des décisions radicales pour montrer son opposition aux taxes. Ainsi, conseillé par le mystérieux Dark Sidious, Gunray entama le blocus de la planète Naboo, pour la soumettre à ses exigences, et très vite le peuple de Naboo passa sous sa domination. Cette crise fut réglée par la reine Amidala et ses compagnons lors de la Bataille de Naboo, mais le mal avait déjà été fait : cette exemple flagrant démontra une nouvelle fois l’inefficacité du Sénat Galactique, et Valorum, embourbé depuis longtemps dans des affaires de corruption, fut remplacé par son vieil ami Palpatine à la chancellerie.


Les années sombres

En 29 av.BY, une nouvelle vague de corruption et d’injustice, plus importante que jamais, frappa le régime en plein cœur. La République chancelait de plus en plus sur ses bases, la décadence se faisait sentir, et les citoyens commençaient à vivre dans la peur et la méfiance. Ce qui avait fait la grandeur de la République s’effritait jour après jour, d’une façon qui apparut comme irrémédiable. Après cela, vers 27 av.BY, certains politiciens adversaires de Palpatine, tels que Seti Ashgad, premier d’une longue série qui compris également Finis Valorum, disparurent mystérieusement ou tragiquement de la vie publique. En 24 av.BY, l’idéologie du Comte Dooku, ancien Maître Jedi tombé sous la coupe des Sith, commença à fragiliser la République, déjà affaiblie par des années de corruption. Les premiers systèmes stellaires commencèrent à quitter le giron républicain, alors que de plus en plus de mondes s’intéressaient aux réels bénéfices d’une scission.


La Guerre des Clones

Durant les deux années qui suivirent, la République se porta de plus en plus mal. La Fédération du Commerce, malgré la juridiction républicaine, n’a pas du tout été affectée par sa récente perfidie, et de plus, un vent de mauvaise augure soufflait sur la démocratie galactique. Le mouvement séparatiste instigué par Dooku s’amplifiait, de plus en plus de planètes se séparaient de la République, et les vaines tentatives diplomatiques du Chancelier Palpatine pour contrer la situation n’aboutirent à rien. Pire que tout, le Jedi Obi-Wan Kenobi, alors en mission sur Géonosis, assista à la naissance de la Confédération des Systèmes Indépendants, alliance de ligues marchandes commandée par le Comte Dooku, qui visait à s’imposer en tant que force majeure dans la galaxie.
La République, ou plutôt le Chancelier Palpatine qui détenait désormais les pleins pouvoirs, dépêcha rapidement la Grande Armée de la République, fraîchement attribuée grâce au Kaminoens, sur Géonosis pour venir en aide aux Jedi piégés. Ainsi débuta la légendaire Guerre des Clones, fruit de nombreuses manipulations obscures, par la brutale Bataille de Géonosis. En trois années seulement, le conflit s’étendit à la presque totalité de la galaxie, du Noyau jusque dans ses coins les plus reculés. La CSI, tout comme la République, revoyait constamment ses effectifs, leurs usines tournant à plein régime en vue de produire vaisseaux, armes, véhicules et soldats, chacun essayant de surpasser l’autre par le nombre et la puissance. Leurs armées s’affrontèrent sur un grand nombre de planètes, parfois dans d’atroces carnages tels que la Bataille de Jabiim, la Bataille de Hypori ou encore la Bataille de Kashyyyk.
De puissants personnages se révélèrent dans les deux camps au cours de ce conflit, tels que le mercenaire Durge, le Général Grievous, et le Chevalier Jedi Anakin Skywalker. Mais la République réussit peu à peu à prendre l’avantage, repoussant les armées droïdes toujours plus loin dans leurs retranchements, jusqu'à ce que la CSI décide de tenter le tout pour le tout et s’attaque à Coruscant, la capitale galactique. Durant cet assaut symbolique, qui était en réalité une immense diversion, le Général Grievous captura Palpatine, qui s’échappa de justesse à ses ravisseurs grâce au courage des Jedi Obi-Wan Kenobi et du jeune Skywalker venus à son secours. Le vaisseau amiral du général séparatiste, la Main Invisible, s’étant écrasé sur Coruscant suite à cette bataille, Grievous ordonna la retraite en direction d’Utapau, évitant ainsi une véritable débâcle.
Après cette passe décisive, les pouvoirs du Chancelier se renforcèrent encore, et l’Ordre Jedi devint de plus en plus méfiant à son encontre. D’autant plus qu’il avait sous son aile Anakin Skywalker, considéré comme l’Élu, d’après une ancienne prophétie Jedi. Mais Palpatine fut démasqué après la Bataille d'Utapau, lorsque le Général Grievous, dernier commandant séparatiste en raison de la mort de Dooku, fut tué en duel par Obi-Wan. Le Maître Jedi Mace Windu, qui avait prévu d’arrêter le Chancelier Suprême s’il ne rendait pas ses pouvoirs, dut en réalité faire face au Seigneur Noir des Sith. Bien que l’ayant défait au sabre laser, et ce malgré la mort de trois compagnons, il n’avait malheureusement pas compté sur la trahison du jeune Skywalker, ce qui lui coûta la vie.
Palpatine, sain et sauf, fit jurer hâtivement allégeance à son nouvel apprenti, Dark Vador, avant de l’envoyer au Temple Jedi, en compagnie de la 501ème Légion. En effet, il lui fallait agir en vitesse s’il voulait se maintenir au pouvoir, et pendant que les adeptes de la Force cloîtrés sur Coruscant étaient exterminés, il lança l’Ordre 66 pour se débarrasser des Jedi disséminés dans le reste de la galaxie. Il confia ensuite une mission capitale à son élève sur la planète Mustafar : assassiner les membres du Conseil Séparatiste et envoyer un message ordonnant la reddition des Séparatistes, ce qui mit fin de façon immédiate au conflit galactique.
Palpatine proclame la naissance de l'Empire Galactique.
 En cette année 19 av.BY, après avoir réuni le Sénat Galactique pour une session spéciale, Palpatine déclara les Jedi ennemis du gouvernement, puis annonça la fondation d’un Ordre Nouveau basé sur l’ordre et la justice : le premier Empire Galactique, ce qui fut en apparence largement approuvé. Ni la Commission de la Préservation de la République, ni la Délégation des 2000 ne put empêcher Palpatine d'arriver à ses fins : la République et l'Ordre Jedi n'existaient plus désormais. On retiendra au final les paroles de la sénatrice Amidala, qui prennent tout leur sens quand on sait qu’une majorité de sénateurs se trouvait sous la coupe de Palpatine à ce moment : " C'est donc ainsi que la liberté s'éteint, sous une foule d'acclamation..."


La fin de la République

Alors que la Grande Purge des Jedi fut déclarée en même temps que la création de l'Empire, bien qu'une bonne partie des adeptes de la Force ait déjà été liquidée, une réunion secrète se tint sur Coruscant. Trois sénateurs, horrifiés par les ravages et les actes du tout jeune Empire Galactique, pensaient qu’il est temps de prendre une décision avant qu'il ne soit trop tard : Mon Mothma et Garm Bel Iblis avouèrent qu’une rébellion serait la seule issue possible, mais le pacifiste Bail Organa hésita à s'engager dans cette voie. Finalement, suite au massacre de Ghorman orchestré par le futur Grand Moff Tarkin, ce dernier réagit. Démasqués par la suite, certains durent agir dans la clandestinité, mais les conséquences à moyen terme de cette idée de rébellion aboutirent à la création de véritables réseaux, ainsi qu'au déclenchement de la Guerre Civile Galactique.




_________________
avatar
Abinsuur
Admin

Messages : 48
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 27
Localisation : Coruscant / Yavin 4

Voir le profil de l'utilisateur http://thethoyorguards.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum